© Alain Julien

Là, se délasse Lilith…

Manifestation d’un corps libertaire

« Il y a eu un temps où tu n’as pas été esclave, souviens-toi. Tu t’en vas seule, pleine de rire, tu te baignes le ventre nu. Tu dis que tu as perdu la mémoire, souviens-toi. (…) Fais un effort pour te souvenir. Ou, à défaut, invente. »

Monique Wittig, Les Guérillères

Le Mythe

Personnage issu de la tradition hébraïque mais ne figurant plus dans les textes bibliques, Lilith serait la première femme, véritable égale d’Adam. C’est pour son statut censuré d’équivalente masculine qu’elle est devenue l’emblème de nombreux groupes féministes militant via la représentation du corps féminin : une personnalité libertaire non-conformiste qui symbolise non sans violence l’opposé de l’étalon féminin entretenu et valorisé dans nos sociétés patriarcales.

Marinette Dozeville s’en inspire pour sonder avec irrévérence les territoires poreux entre servitude et liberté, domination et soumission. Chaotique, sensuelle, attirante et urticante, elle se désentrave de tout lien et conduit une progressive libération du corps comme du mouvement, sauvage et organique.

© Alain Julien

Là, se délasse Lilith…

Manifestation d’un corps libertaire

Durée : 50min

À partir de 18 ans

Distribution

Chorégraphie et Interprétation : Marinette Dozeville

Création Musicale et Interprétation : Uriel Barthelemi

Formateur Shibari : Cyril Grillon

Dramaturgie : Stéphanie Auberville

Collaborations artistiques : Benjamin Duval et Frédéric Xavier Liver

Scénographie : Barbara Kraft

Création lumière : Marine Molard

Production

Yapluka-Cie Marinette Dozeville

Coproductions

le Nouveau Relax – Scène conventionnée de Chaumont, la Place des Cordes – Paris

Soutiens

Studio L’envers – Bruxelles, Festival Jerk Off – Paris, Manège, scène nationale – reims, le Laboratoire chorégraphique de Reims, Théâtre Louis Jouvet – Scène conventionnée des Ardennes à Rethel et le Jardin Parallèle de Reims.

La Compagnie Marinette Dozeville est conventionnée au titre de l’aide au développement par la Région Grand Est. Elle est soutenue par la Drac Grand Est – Ministère de la Culture, le Conseil Départemental de la Marne, la Ville de Reims, le Laboratoire chorégraphique de Reims et la Spedidam.

La compagnie est en résidence au Nouveau Relax – Scène conventionnée de Chaumont.

Création 2018

Dossier de diffusion

Pour approfondir le sujet :

Corps normatifs, corps performatifs.
Le corps comme outil de résistance

Hot Lips #11
Radio Panik, émission du 12 février 2018

Corps Normatifs, Corps Performatifs
Radio Primitive, émission du 24 janvier 2018

 

Là, se délasse Lilith…Manifestation d’un corps libertaire

exaequoInterview du 13 janvier 2018